• blandinebergeret21

Ma fille de Naidra Ayadi - 2018


#Paris


Quand Paris n’est pas une fête…


Le film démarre dans le Jura, où Hakim et sa femme, se sont installés après avoir fui la guerre civile algérienne. Leur fille de 22 ans, Leïla, vit à Paris. Elle y fait des études de coiffure. À la veille de Noël, elle dit ne pas pouvoir rentrer. Son père, inquiet, part à sa recherche avec sa cadette.


Une expédition qui démarre Porte Maillot, là où leurs co-voiturage le dépose. Leur quête commence. Ils découvrent les transports en commun, l’ébullition, l’effervescence de la capitale. Les grands boulevards, les illuminations, les vitrines des grands magasins. Gaité et joyeuseté dans les rues à la veille des fêtes de fin d’année. Mais pas de Leïla. Ni à l’école. Ni au salon de coiffure. Pas plus que dans l’appartement où elle est censée loger.


Un Paris interlope sillonné par un père taiseux. Inquiet. En colère. Hakim craint le pire. La peur au ventre en découvrant les endroits où sa fille est passée. Les bars d’hôtesse, les boîtes de nuits, les soirées privées, masquées et dénudées. Les bas-fonds parisiens. Un Paris festif, libertin. Un Paris sombre. Obscur. Où drogue et prostitution sont le lot commun.


Hakim arpente les quartiers. Strasbourg Saint Denis. Pigalle. Stalingrad. De la nuit jusqu’au petit matin. Une force paisible, tout en retenue, jouée par l’excellent Roschdy Zem. Un rôle et une histoire bouleversante. Et une fin pas si tragique que cela.

Posts récents

Voir tout