• blandinebergeret21

Douleur et gloire de Pedro Almodovar - 2019


#Étécoloré


J’ai découvert l’univers « almodovarien » avec Talons Aiguilles, sorti en 1991 et depuis, je n’en rate pas un.


Son dernier film, à l’affiche en 2019, Douleur et gloire, retrace la vie d’un réalisateur en souffrance, reclus chez lui, incapable de continuer à tourner.


Même si le sujet de Douleur et gloire n’est pas synonyme de gaité, j’ai choisi un film de Pedro Almodovar pour la luminosité colorée qui auréole chacun de ses films. Une palette large de couleurs s’invite dans les lieux de vie, les costumes des personnages, le mobilier et les objets de décoration. Des couleurs intenses et vives. Flamboyantes. Pour créer une explosion des sens, un feu d’artifice, précisément réfléchi. Émotion. Passion. Drame. Souffrance. Folie. Maladie.


Rouge, incontournable. Bleu turquoise. Jaune safran. Des touches d’orange ou de vert. Et vous voilà dans le monde cinématographique du réalisateur espagnol où tout n’est qu’esthétisme, harmonie et volupté.


À voir absolument : Kika – En chair et en os – Tout sur ma mère – Parle avec elle – Volver – Julietta.

Posts récents

Voir tout