Fond bayadere.jpg

Je vous invite à vous glisser dans la peau d’un animal ou d’une plante et à décrire en 15 minutes ce que vous voyez, ce que vous ressentez de la scène qui vous entoure. Par exemple, vous êtes un poisson et après des mois de tranquillité dans une eau chaude et sablonneuse, vous constatez, comme chaque année, l’arrivée des touristes, dont les pieds viennent fouler vos platebandes.

À vos papier et plume !

Chat rouge.jpg

Pour ma part, je me suis amusée à ce petit exercice d’écriture avec la mascotte de l’ArtBouquine, un chat rouge, une sculpture plantée dans le jardin où s’est déroulé le dernier salon des auteurs de la maison d’édition, interrompu par un incident...

 

J’ai vu rouge, tel mon pelage écarlate quand l’hurluberlu d’en face, le voisin, a sorti ses griffes et a aboyé tel un canidé carnassier, assoiffé d’obéissance à sa demande de silence.

Pantois, sans jouer à chat perché, je suis resté sur mon toit, statufié et pétrifié. La queue en l’air, symptomatique de ma frustration et colère. La queue d’un chat ne trompe pas. Pas plus que ma couleur, rouge déchaîné.

 

Courroucé, en ébullition, du haut de ma verrière, j’ai observé la foule posée dans le jardin. Rieuse et joueuse, les lecteurs et auteurs, sont restés sereins, applaudissant avec leurs mains tels les pales des moulins à vent. Silencieux.

 

Ignorants et respectueux de l’importun.